Sentiers de foi

 

 

Arrière-plan historique

Fondé en 2005, le webzine Sentiers de foi est en quelque sorte l'aboutissement d'une démarche lancée vingt ans plus tôt par le jésuite Irénée Beaubien, le fondateur du Centre canadien d'œcuménisme. Étroitement associé au développement d'un dialogue fraternel entre les diverses confessions chrétiennes dans le sillage du Concile Vatican II, Beaubien est aussi un jésuite de la « génération Pedro Arrupe » soucieux de dialoguer avec les personnes ayant pris leurs distances de l'Église institution, tout en étant animés par une spiritualité forte. Fidèles en cela à l'appel du père Arrupe et du pape Paul VI de répondre au défi de l'incroyance dans la société contemporaine, dans une attitude empreinte de respect, doublée d’une « allergie » au prêchi-prêcha bassement apologétique. C'est donc pour mieux comprendre les motifs, les besoins et les aspirations de ces chrétiennes et chrétiens « hors-cadre » qu'a été fondé l'organisme Sentiers de foi en 1984.

 

 

À ses débuts, Sentiers de foi se voulait un service d’accueil et d’accompagnement de personnes qui, tout en ayant pris des distances par rapport à l’Église, se questionnaient encore sur leur relation à l’institution. Il ne s’agissait pas de les ramener au bercail. Le fondateur insistait pour que l’on respecte le cheminement de chacun et chacune. [...] S’ensuivit alors un certain temps de recherche. Enfin, il y a une quinzaine d’années, la conjoncture apparaissait différemment. La grande majorité des catholiques québécois avait quitté une Église cléricale, identitaire, obsédée par quelques problèmes moraux qui réduisaient son action à la pratique liturgique. « Une Église en vacances de sa culture », comme l’avait écrit Fernand Dumont. Cet écart ne signifiait cependant pas toujours un rejet de la foi. Pour plusieurs, il manifestait un besoin, un désir d’expressions plus pertinentes de la foi.

- Michel Campbell, « De la métaphore à la théologie du sentier », Sentiers de foi, vol. 12, no 151, 5 octobre 2016

 

 

Des recherches sur le terrain et enquêtes orales sur ces chrétiens hors-cadre et la spiritualité qui les vivre, Sentiers de foi s'est transmué en projet de magazine pour documenter à sa manière les « petites pousses » dont parlait Guy Paiement – ces nouvelles manières de faire Église, de conjuguer foi chrétienne et engagement social, qui plus est aux marges des institutions ecclésiales, en défrichant, chacune et chacun à leur manière, leur propre sentier. Sentier où, trop souvent, ils marchaient seuls, sans ancrage institutionnel ni insertion dans une tradition religieuse clairement définie. Gravitant autour de Michel Campbell, la jeune équipe de Sentiers de foi verra dans l’arrivée du Web et de ses promesses l’occasion de rompre cet isolement et de tisser des liens avec d’autres croyants et croyantes qui vivent des situations semblables à la leur. En leur proposant des textes courts sur les nouveaux visages de la foi chrétienne et de l’engagement social, en contexte de sortie de chrétienté.  

 

En lançant ce journal web aujourd’hui, nous nous réclamons de ces mêmes désirs de nous faire proches de l’autre et d’innover. En fait, nous lançons ce journal parce que nous constatons que les mutations socioreligieuses récentes, si elles nous ont apporté davantage de liberté, engendrent aussi de la solitude et de l’isolement. Nous sommes peut-être autonomes, mais n’avons-nous pas l’impression d’être souvent seuls avec nos questions, comme des travailleurs singuliers sur ces chantiers du sens à construire ou d’uniques responsables du débroussaillage nécessaire pour faire apparaître le sentier. Nous lançons ce journal aussi parce que nous comprenons que l’inscription dans une lignée croyante exige la réinterprétation et l’innovation et parce que nous reconnaissons qu’il existe, en marge des institutions, des initiatives qui poursuivent différentes quêtes, portées par des contextes, des lectures de société et des théologies autres. Et si nous nous lançons dans cette aventure, c’est enfin parce que nous croyons, comme héritiers et héritières de la tradition chrétienne, que nous devons risquer pleinement notre humanité en assumant l’audace de nos détours, la patience de nos recherches et l’humilité de nos sentiers. Il n’y a pas de discours sur l’humain et sur la foi qui tiennent si nous ne sommes pas prêts à être pleinement solidaires des itinéraires de sens de nos contemporains et contemporaines. Imaginer, explorer et interroger ce monde en évolution et ces quêtes de sens en mouvement, voilà ce que nous vous proposons!

 

- Michel Campbell, Ghislain Bédard et Jean-Philippe Perreault, « Imaginer. Explorer. Interroger. Un monde en évolution. Des quêtes de sens en mouvement », Sentiers de foi, vol. 1, no 1, 12 ocotbre 2005

 

 

C'est autour du noyau formé du théologien Michel Campbell, du sociologue Jean-Philippe Perreault et du rédacteur et graphiste Ghislain Bédard que gravitera une constellation de collaboratrices et collaborateurs qui donneront vie au webzine Sentiers de foi. Collaborateur de longue date du webzine, le théologien et agent de pastorale Gérard Laverdure devient le rédacteur en chef du webzine à l’aube de le décennie 2010. La théologienne et agente de pastorale Jocelyne Hudon fait aussi partie de la nouvelle équipe de rédaction du webzine.

 

Faisant le bilan de l'aventure éditoriale du webzine avant qu'il ne cesse ses activités en 2016, la religiologue Catherine Foisy nous en présente les grandes lignes:

 

Il existe, depuis les débuts du webzine, cinq rubriques qui sont autant de facettes par lesquelles se déploient le projet comme le parti pris énoncés plus haut. La première, l’Itinéraire, permet d’entrer dans l’expérience et les pratiques d’un individu, d’un couple ou d’un groupe. La seconde, la rubrique Perspectives, donne l’occasion d’approfondir ce qui a été présenté en termes de pratiques ou d’expériences dans la section Itinéraire. La troisième, intitulée Intériorité, offre une occasion de faire appel aux sens, à la créativité, à la dimension proprement symbolique afin de faire ressentir un aspect ou l’autre des expériences et des pratiques mises en lumière précédemment. Les quatrième et cinquième, respectivement intitulées Actualités et Ressources, permettent de se mettre à jour relativement à des groupes et à des initiatives allant dans le sens du propos du webzine, mais aussi d’approfondir les connaissances relatives aux groupes, aux pratiques ou aux initiatives présentés dans chaque numéro. Ces rubriques traduisent également le projet du webzine, en opérationnalisant en quelque sorte la vision portée par ses artisans.

- Catherine Foisy, « Témoins d’un monde nouveau qui émerge », Sentiers de foi, vol. 12, no 151, 5 octobre 2016

 

Fidèle aux intuitions fondatrices de Sentiers de foi, le webzine est attentif aux chrétiens hors cadre et aux nouvelles formes, de même qu’aux nouvelles avenues de la spiritualité chrétienne. Animés par une éthique et par une esthétique porteuses de transcendance, les arts, le cinéma et la culture occupent une place de choix dans le webzine. Issu d’un projet « né » au Centre canadien d’œcuménisme, Sentiers de foi donne une place significative aux nouveaux visages, de même qu’au dynamisme du protestantisme francophone au Québec.

Compagnon de route des Journées sociales du Québec, le webzine accorde une place de choix au christianisme social, qu’il s’agisse d’organismes plus ancien ou de nouvelles pousses de la mouvance sociale chrétienne. En donnant une place significative à la justice sociale, de même qu'aux enjeux environnementaux. Fidèle à la formule des JSQ, le webzine est une vitrine donnant accès la vitalité du christianisme social d’un bout à l’autre du Québec.  

Contemporain du Réseau des Forums André-Naud, le webzine est solidaire des groupes qui critiquent les crispations idéologiques et théologiques sur les enjeux liés à la place des femmes et des personnes homosexuelles dans l’Église.